Témoignage : Docteur Olivier Makhotine, anesthésiste à l'Hôpital privé de Villeneuve-d'Ascq

Contenu

« La prise en charge de la douleur postopératoire se prépare en amont de l'intervention, dès la consultation en anesthésie. À l'Hôpital privé de Villeneuve-d'Ascq, nous délivrons au patient une ordonnance d'antalgiques. Nous lui indiquons aussi des consignes de surveillance (comme par exemple garder son écharpe de soutien tant qu'il n'a pas récupéré de motricité normale), et nous lui laissons un numéro de téléphone pour contacter quelqu'un en cas de difficulté.
Ce type de prise en charge suppose que le patient soit suffisamment responsable et autonome pour suivre les recommandations. Pendant l'intervention, l'anesthésie est adaptée, grâce à des produits dont la durée d'action prolongée permet d'avoir une analgésie qui se poursuit après le retour à domicile.
Les techniques chirurgicales actuelles - notamment la cœlioscopie - limitent elles aussi la douleur et, de fait, facilitent le recours à l'ambulatoire. Dans tous les cas, le patient est contacté par téléphone le lendemain de l'intervention, afin de vérifier toute absence de complication. »