Témoignage : docteur Philippe Meicler, gynécologue à la maternité de l'Hôpital privé Parly II - Le Chesnay

Contenu

Ce matin-là, le docteur Philippe Meicler a reçu trois patientes pour des problèmes d'infertilité, cinq pour un suivi de grossesse, trois pour un suivi gynécologique classique et deux pour un avis chirurgical. Il s'apprête à reprendre sa consultation de l'après-midi tout en restant disponible pour un éventuel accouchement... Comme d'autres gynécologues-obstétriciens de sa génération, le docteur Meicler pratique l'obstétrique, la chirurgie et la procréation médicalement assistée (AMP) depuis son installation en libéral en 1991, les nouveaux praticiens se formant plus à une « mono spécialité ».
« À la maternité de l'Hôpital privé Parly II, je travaille au sein d'une équipe soudée et je bénéficie d'un excellent plateau technique, comparables aux meilleurs hôpitaux... La différence avec l'hôpital ? Je suis responsable de mes actes au premier chef, sans le poids de la hiérarchie mais avec la personnalisation du suivi de mes patientes. »
Philippe Meicler réalise une moyenne de 250 accouchements par an, auxquels s'ajoute un nombre à peu près équivalent de tentatives en procréation médicalement assistée : insémination ou fécondation in vitro. Le docteur Meicler exerce cette spécialité depuis 1985, trois ans après la naissance du premier « bébé-éprouvette » en France.
« Il est extrêmement gratifiant d'aider des couples désirant un enfant, reconnaît-il. Et encore plus de pouvoir mettre au monde ce bébé tant attendu. D'autant qu'à l'Hôpital privé Parly II, nous connaissons un taux de succès très honorable : 20 % pour l'insémination artificielle et 28 à 30 % pour les FIV. Mais il faut aussi assumer les échecs. C'est une expérience humaine et relationnelle très riche. »