Bien manger après l’opération : tenir le cap

Contenu

Retrouver le plaisir de manger

Le plaisir de manger, c’est manger sans avoir l’impression permanente de devoir se restreindre…  Sortir de la restriction cognitive.
L’interdit crée le désir… La frustration crée le mal être… Le mal être n’est pas propice au changement mais à l’abandon…  C’est le cercle vicieux de la restriction cognitive :

Je grossis > Je me restreints > Je me sens frustré(e) > Je craque

L’approche comportementale vise, à travers un travail sur les sensations, à retrouver un lien apaisé à l’aliment dans toutes ses composantes et en particulier de plaisir.

Le plaisir de manger, c’est manger sans avoir l’impression de perdre le contrôle… c’est le paradoxe de la compulsion alimentaire : besoin intense ou urgent de manger dans un contexte émotionnel particulier avec sentiment de ne plus contrôler souvent suivi de culpabilité… Un peu comme si c’était plus fort que moi.

Compulsion alimentaire

Dans nos centres labellisés en Nutrition Obésité, la démarche proposée pour travailler les tendances compulsives dans ses composantes est issue de la thérapie cognitivo-comportementale et/ou de l’hypnose Ericksonienne. Notre histoire, nos apprentissages influencent notre façon d’aborder notre environnement (entourage familial, professionnel etc.). Parfois, notre boite à outils nous permettant d’aborder les émotions générées par notre environnement n’est pas complète. Ceci peut être générateur de "mal être" et le corps trouve sa solution d’apaisement : manger. 
L’accompagnement a pour objectif de mettre en place de nouveaux outils et une nouvelle stratégie. L’hypnose ericksonienne est ainsi « un outil permettant au patient d’activer de nouvelles ressources pour aller mieux » comme le disait Miton Erickson. 

 

Le plaisir de manger, c’est aussi découvrir de nouvelles préparations, de nouveaux aliments… L’équilibre alimentaire ne rime pas avec monotonie ou contrainte. Ce doit être un plaisir : celui de savourer, de découvrir de nouvelles saveurs, de partager.  Notre rôle est de vous guider vers cette redécouverte. 

Plaisir et chirurgie bariatrique 

La chirurgie bariatrique s’adresse à des formes sévères d’obésité. Les trois techniques chirurgicales détaillées dans la rubrique "les chirurgies" s’accompagne de changement important du comportement alimentaire. 
Cela veut-il dire que l’on ne pourra plus se faire plaisir en mangeant ? Bien sur que non ! Mais un point est certain : les premiers temps après la chirurgie entrainent de nombreux changements ! 
Au cours d’une préparation à la chirurgie bariatrique, il est naturel de penser "j’en profite avant car après je ne pourrais plus"… Il peut en résulter une prise de poids.
Quel paradoxe ! Ce paradoxe est le reflet d’une crainte : celle de perdre quelque chose que l'on aura plus dans l'avenir. Il y a pourtant beaucoup à gagner. Bien souvent, l’image du contrôle du poids est celle de la privation et de la frustration. L’objectif de notre préparation à l’intervention est de vous montrer qu'il n'en est rien. L'objectif est de retrouver le plaisir sans frustration grâce à une prise de conscience des sensations alimentaires.

Rien ne sera plus comme avant…

Dans les premiers temps, la chirurgie constitue un frein sur la quantité alimentaire, cependant ce frein s'estompe au cours du temps. La chirurgie est une aide vers le changement mais un travail doit être réalisé au préalable pour obtenir un résultat sur le long terme.
La chirurgie comme chemin vers un amaigrissement ne doit pas être vus sous forme d'une limitation du plaisir alimentaire. Cette chirurgie est une aide puissante pour soutenir les changements qui sont progressivement mis en place pour un nouvel équilibre de vie.