Tout savoir sur… Le printemps et les allergies

Contenu
HTML

Qu’est-ce que la rhinite allergique saisonnière ?

Plus connue sous le nom de « rhume des foins », la rhinite allergique saisonnière est une réaction allergique causée par l’exposition aux pollens. Vous en avez déjà peut-être ressenti les symptômes : nez bouché ou qui coule, gonflement des paupières, yeux qui pleurent, picotements au niveau du nez, de la gorge et des oreilles, éternuements à répétition et maux de têtes.

 

Le saviez-vous ?

Les premiers symptômes apparaissent généralement au printemps, lorsque les arbres libèrent leurs pollens dans l’air. Cependant, pour un même pollen, le démarrage, la fin et la durée de la saison vont varier d’un endroit à un autre et d’une année à une autre.

 

Les principaux pollens allergisants : où et quand ?

Les pollens de bouleau gêneront principalement les allergiques de l’hémisphère Nord. Reconnaissable notamment grâce à son écorce d'un blanc caractéristique, le bouleau pollinise en avril.

Sur le reste du territoire ce sont les pollens des graminées (qui sont notamment les céréales, les roseaux, les bambous, les herbes de prairie naturelle et les pelouses cultivées), qui feront éternuer les allergiques d’avril à juillet.

D’autres pollens présents de façon plus localisés, tels que le cyprès en région méditerranéenne ou l’ambroisie en région côtes du Rhône, ont des calendriers de pollinisations qui s’étendent au-delà du printemps (février à avril pour le cyprès, août à septembre pour l’ambroisie).

 

Conséquences sur la qualité de vie

Bien que cette réaction allergique ne soit pas dangereuse, elle peut impacter considérablement la qualité de vie ; les symptômes désagréables peuvent causer une irritabilité, des troubles du sommeil et de la fatigue.  

 


 

Comment réduire les symptômes du rhume des foins ?

Comment se protéger ?

Réduire les symptômes c’est d’abord éviter au maximum d’être en contact avec les pollens allergènes :

  • Lorsque les concentrations de l’air en pollens sont élevées, évitez les activités de plein-air, comme les promenades champêtres ainsi que les activités qui favorisent la dispersion des pollens comme la tonte de la pelouse. Pour connaitre la présence dans l’air de pollens allergisants en France rendez-vous sur : www.pollens.fr).
  • En règle générale, par temps chaud ou sec et lors des journées venteuses, la concentration de pollen est plus élevée, privilégiez donc au maximum les activités intérieures.

 

Zoom sur les astuces qui font la différence

En pratique, quelques gestes simples du quotidien peuvent vous aider à réduire les symptômes gênants du rhume des foins.

  • Pensez par exemple à vous protéger les yeux avec des lunettes de soleil et à vous nettoyer les yeux et le nez avec du sérum physiologique en rentrant chez vous.
  • Il est également conseillé de changer de vêtements régulièrement et de prendre une douche dès l’arrivée à la maison pour vous débarrasser des pollens.
  • Pensez à aérer la maison environ 10 minutes par jour, de préférence tôt le matin ou tard le soir et fermer les fenêtres en fin d’après-midi, moment de la journée où la densité des pollens est la plus forte.
  • Évitez le contact la fumée de tabac, qui est un irritants pouvant amplifier les symptômes d’allergies.

 

Pour aller plus loin

Il existe aussi des applications mobiles gratuites telles qu’Alertes pollen ou Pollen, qui vous aideront à vivre votre allergie sans vous enfermer ! Ces applications permettent à l’utilisateur de consulter des prévisions de pollinisation personnalisée et fournissent des conseils pour gérer votre allergie au quotidien.

Et pour en savoir plus : https://asthme-allergies.org/

 


 

Quand consulter ?

Si les petits gestes du quotidien visant à réduire l’exposition aux pollens ne suffisent pas, il faudra alors songer à se référer à un professionnel de santé.

Un pharmacien pourra vous orienter vers des traitements disponibles en vente libre qui permettent de soulager les réactions allergiques de la rhinite allergique saisonnière.

Dans le cas ou votre qualité de vie est affectée (troubles du sommeil, irritabilité) ou si des complications apparaissent (sinusites à répétition, symptômes d’asthme allergique), il est alors préférable de consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra alors vous prescrire un traitement adapté.

Et l’allergologue ? Un allergologue sera en capacité d’enquêter sur l’origine de l’allergie, afin d’identifier plus précisément le coupable et de proposer un traitement adapté à votre allergie.