Témoignage : Françoise Durandière, conseillère médicale du directeur de l'offre hospitalière à l'Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne

Contenu

« Le nécessaire développement de la chirurgie ambulatoire est évoqué depuis les années 2000, mais la prise de conscience des acteurs a été progressive et les modifications de comportement sont récentes. La Bretagne était encore en 2011 au 18e rang des 26 régions françaises. Grâce en partie à un plan d'action volontariste doté d'intéressements financiers conséquents, nous avons depuis lors rattrapé le niveau moyen national, avec un taux de prise en charge en ambulatoire qui atteint 42,5 % de l'ensemble de l'activité chirurgicale. Le secteur privé conserve son avance sur le public, le différentiel étant en partie lié aux profils différents de patients accueillis et d'actes opératoires réalisés. L'Hôpital privé Sévigné, qui fait partie de Générale de Santé, figure parmi les établissements les plus avancés en matière d'ambulatoire et les plus impliqués dans le plan de développement de l'ARS. Avec le soutien de la direction de l'établissement et de l'un de ses praticiens anesthésistes, nous avons ainsi pu créer un centre de recours pour former les professionnels de santé à l'organisation de la prise en charge en ambulatoire. L'Hôpital privé Sévigné a été impliqué dans l'organisation de visites-conseils visant à renforcer l'implication des services hospitaliers de chirurgie dans la région. L'établissement a également participé à la création de modèles de documents d'information pour les patients et les intervenants médicaux de premier recours. Un vrai changement culturel est à l'œuvre. »