Tout savoir pour… bien se préparer aux fêtes

Contenu
HTML

Rester en forme en hiver, c’est possible

Les maux de l’hiver (rhume, grippe gastro)

Rhume, grippe, gastro, bronchite… En hiver, vous avez souvent la sensation de tomber plus facilement malade. En effet, pendant la période hivernale, les voies respiratoires jouent moins bien leur rôle de barrière contre les microbes à cause de l’air froid et sec qui les irrite. Le manque de lumière du soleil et la diminution des températures provoquent par exemple une diminution de la concentration en vitamine D qui est produite par la peau sous l’effet des UV et qui participe aux défenses immunitaires. Nos défenses immunitaires peuvent donc se retrouver affaiblies.

De plus, la concentration de monde dans des espaces confinés et peu ventilés augmente le risque de transmission des infections via la toux, les éternuments, les postillons, mais également par le contact direct et indirect (objects infectés).

 

Les « gestes barrières »

Pour rester en forme, il existe des « gestes barrières », faciles à adopter :

  • Pensez à vous laver les mains régulièrement. Cela permettra de limiter la diffusion des germes. Pensez-y particulièrement après avoir toussé, vous être mouché et lors des sorties extérieures.
  • Lorsque vous toussez ou éternuez, couvrez-vous la bouche. Utiliser les mains pourrait participer à diffuser les virus de l’hiver. Préférez un mouchoir en papier (à usage unique!) ou éternuez dans votre coude.
  • Si vous êtes malades, le port d’un masque chirurgical, disponible en pharmacie, permettra d’éviter la diffusion des microbes. Il doit être changé toutes les 4 heures ou lorsqu’il est mouillé.
  • Enfin, évitez de faire des bises, serrez les mains, de partager vos effets personnels et pensez à aérer votre logement tous les jours pour renouveler l’air.

 

Zoom sur le virus de la Grippe

La grippe est une infection virale respiratoire contagieuse à l’origine d’épidémies saisonnières, chaque hiver. En France, 2 à 6 millions de cas de Grippe sont comptés chaque année. Le virus de la grippe est particulièrement coriace puisqu’il en existe plusieurs versions. Par ailleurs, les souches de virus ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre.

Le virus de la grippe peut être reconnu par différents symptômes : une forte fièvre (autour de 39°C), des frissons, une fatigue intense, une perte d’appétit, des courbatures et douleurs articulaires, des maux de tête, puis une toux sèche et douloureuse.

Le meilleur moyen de se protéger est de se faire vacciner chaque année ! La campagne de vaccination 2019-2020 dure jusqu’au 31 janvier 2020. Vous vacciner permet de vous protéger, et de protéger les personnes fragiles de votre entourage.

La vaccination concerne particulièrement les personnes à risque, pour lesquelles le virus peut être grave (nourissons, femmes enceintes, personnes âgées, personnes ayant une maladie chronique ou immunidéprimées.). Retrouvez la liste complète des recommandations particulières : https://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Grippe

Il est aussi important d’adopter les « gestes barrières » contre les virus de l’hiver (ci-dessus), pour éviter la propagation du virus.

 

Nos conseils pour booster vos défenses immunitaires

Pour rester en bonne santé durant la période hivernale pensez à :

  • Rester actif : il est important de pratiquer une activité physique régulière. 30 minutes de marche, de vélo, ou même de ménage auront des effets bénéfiques sur le fonctionnement du système immunitaire.
  • Consommer une alimentation saine et équilibrée. Elle vous permettra de faire le plein de vitamines et minéraux pour surmonter l’hiver. Vous pouvez notamment faire le plein en vitamine C, principalement dans les agrumes, qui intervient dans la défense contre certaines infections et de vitamine D pour parer la diminution de l’exposition à la lumière du soleil par rapport aux autres saisons.
  •  Ne pas négliger un bon sommeil, dont on a tendance à manquer en hiver et qui est pourtant un allié important pour conserver un système immunitaire efficace et récupérer des forces.
 

 


 

Fatigue et baisse de moral de fin d’année, comment les surmonter ?

En hiver, les journées sont plus courtes, et lorsque vous rentrez chez vous, la nuit peut être déjà installée. Les chutes de températures, la fatigue et les virus sont des facteurs qui peuvent provoquer à cette période une baisse de moral. Pour surmonter ces moments de déprime, un seul moyen : se préparer !

L’hiver est une période propice à l’installation d’une grande fatigue. Pourtant le sommeil est primordial à la stimulation des défenses immunitaires, à l’élimination des toxines de notre corps, à la régulation de l’humeur et de l’activation du stress ainsi qu’à bien d’autres fonctions physiologiques. Mais pourquoi nous sentons-nous plus fatigués à cette période ?

Le sommeil, comment ça marche ?

Notre état de veille / sommeil est rythmé par notre horloge biologique ( ou horloge interne). C’est une zone du cerveau qui se synchronise sur la journée de 24 heures et qui joue le rôle de chef d’orchestre en imposant un rythme à notre organisme. Cette horloge définit naturellement nos moments de sommeil.

La synchronisation de l’horloge, qui permet de garder un rythme de sommeil régulier, se fait essentiellement grâce à la lumière. 

En hiver, notre horloge interne peut souffrir des jours plus courts. Nous sommes moins exposés à la lumière du jour et par conséquence, nos rythmes biologiques se synchronisent plus difficilement ce qui peut provoquer des senstations de fatigue.

 

Il existe quelques gestes pour vous aider à bien dormir et avoir le moral en hiver :

  • Essayez de vous lever à des heures régulières.
  • Pratiquez une activité physique dès le matin. Certes, en hiver on aimerait rester au fond de notre lit, mais la pratique d’une activité sportive permet de combattre la fatigue de l’hiver. Elle est aussi un moyen de lutter contre le stress par la sécrétion d’endorphines qui stimulent dans notre corps les circuits de la récompense et du plaisir!
  • Tâchez de manger au mieux à des heures régulières.
  • Exposez-vous au maximum à la lumière naturelle, et ce dès le matin ! Vous pouvez au minimum ouvrir vos volets et laisser entrer la lumière. Il est reconnu que la lumière naturelle améliore le moral.
  • De même, favorisez des sorties à l’extérieur dans la journée, sur le temps de votre pause déjeuner par exemple.

Au-delà de cette synchronisation de notre organisme, le froid et le combat de notre corps contre les virus demandent beaucoup d’énergie et peuvent donc nous fatiguer. La fatigue peut aussi être causée par des carences en certains nutriments (en fer), par certains virus et infections… Il est donc important de conserver une alimentation équilibrée.

Si votre fatigue persiste, vous pouvez demander conseil à un professionnel de santé.

 

 


 

Anticiper le marathon des fêtes

Pendant les fêtes de fin d’année, nombreux sont les Français qui mettent leur régime entre parenthèses et s’attendent à prendre du poids. Face aux chocolats, à la bûche de noël ou encore au foie gras, il est en effet dur de résister.

Mais avec ces festivités, viennent aussi quelques désagréments. Ballonnements, douleurs au ventre, brûlures d’estomac : ils sont le signe d’une digestion difficile.

Voici quelques conseils pour les prévenir et profiter pleinement de cette période de fête.

  • Prenez le temps de manger en pleine conscience

Les repas des fêtes sont chaque année attendus avec impatience, alors, quand il sont enfin dans votre assiette, profitez-en ! Manger moins vite augmente le travail de la mastication et au final diminue votre prise alimentaire. Autrement dit, manger en pleine conscience et prendre son temps permet de manger moins en étant tout autant satisfait ! Vous contribuez par ailleurs à la digestion de votre repas : une bonne mastication est une étape clé d’une digestion réussie !

  • Installez-vous correctement

Avoir une bonne position, assise, permet d’aligner les organes de la digestion et donc leur fonctionnement de manière optimum.

  • Ne négligez pas l’activité physique 

En plus de participer à vous protéger contre les maux de l’hiver, l’activité physique, quand elle n’est pas pratiquée de manière intense, est bénéfique pour l’appareil digestif . Elle permet de lutter contre le stress qui peut être à l’origine de problèmes digestifs!

  • Hydratez-vous

L’eau permet à la nourriture de transiter dans le tube digestif et de passer par les diverses étapes de la digestion. Elle permet ausssi la formation des selles puis leur élimination en se combinant aux fibres insolubles dans le côlon. L’hydratation aide donc à contrer la constipation. Pensez à boire avant, pendant et après le repas.

Et côté alcool ?

Il est dans les traditions des Français d’accompagner les repas des fêtes d’un peu d’alcool. Pendant cette période, notre consommation a donc tendance à augmenter.

Les instances de santé recommandent cependant de ne pas dépasser 2 verres standards par jour, 10 par semaine et  d’avoir des jours sans consommation.

1 verre d’alcool ( 25 cl de bière, une coupe de champagne ou encore un verre de vin) contient environ 10 grammes d’alcool.

Au-delà des limites recommandées, l’alcool peut provoquer des complications de santé. Notez par ailleurs qu’au-delà d’un verre, vous dépassez la limite autorisée pour conduire et en plus de risquer une sanction légale vous vous mettez et mettez les autres en danger.

 

  • Ne sautez pas de repas

À l’anticipation d’un repas copieux, vous pouvez être tenté de sauter un repas pour « compenser ». Vous risquez cependant de perturber votre métabolisme et de dérégler votre organisme. Le saut de repas peut aussi provoquer de la fatigue lorsque vous privez votre organisme de nutriments essentiels.

Zoom sur le chocolat : se faire plaisir pendant les fêtes a aussi des bienfaits !

Le chocolat noir se classe parmi les meilleures sources alimentaires d’antioxydants. Ils réduisent entre autres le risque de diabète et le vieillissement de nos cellules.

Grâce au cacao qu’il contient, le chocolat noir est  riche en fibres . Plus le chocolat a une teneur élevée en cacao, plus il en contient. Les fibres enrichissent et stabilisent le microbiote intestinal qui participe à nous protéger efficacement contre certaines pathologies et désordres.

De nombreuses études ont aussi suggéré un effet protecteur contre les maladies cardiovasculaires.

Comme pour tout aliment, il convient cependant de le consommer raisonnablement et dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

 

 


 

L’actu du mois… La journée mondiale de lutte contre le Sida

Le 1er décembre s’est tenue la 32ème édition de la journée mondiale de lutte contre le sida. À cette date, vous avez pu voir apparaître à la télévision et autour de vous le ruban rouge, symbole de solidarité avec les personnes touchées par le VIH.

Aujourd’hui, plus de 36 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. Cette journée de mobilisation mondiale est l’occasion de faire un point sur la recherche d’un traitement dans la lutte contre le virus.

En juillet de cette année, des chercheurs américains ont publié les résultats d’essais d’un possible traitement contre le sida. En effet, ils ont réussi à éliminer définitivement le virus chez des souris, une première mondiale, puisque jusqu’à présent les traitements ne font que ralentir la propagation du virus du sida et doivent être pris par le patient tout au long de sa vie. Après avoir donné le traitement test, les chercheurs n’ont trouvé aucune trâce du virus sur un peu moins d’un tiers des souris.

En parallèle, une autre équipe de recherche a mis au point un possible vaccin contre le sida, efficace sur des primates. Appelé « imbokodo », « rocher » en zoulou, il a permis à la plupart des primates qui l’ont reçu d’être protégés du sida. Chez l’homme, il a aussi provoqué une forte réponse immunitaire, mais il reste à vérifier qu’il protège bien d’une infection. Rendez-vous en 2021 pour les premiers résultats de l’essai porté sur des femmes en Afrique du nord !

Si les chercheurs mettent tout en œuvre pour éliminer le virus du sida, à ce jour on n’en guérit pas. Le moyen de protection le plus fiable reste le préservatif. Se faire dépister après une prise de risque, lorsque vous envisagez une grossesse ou pour d’autres raisons permet de vous assurer que vous n’êtes pas porteur du VIH, ou dans le cas inverse de commencer au plus tôt le traitement. Pour plus d’informations sur le VIH : https://www.sida-info-service.org .