Tout savoir sur… le cancer du sein

Contenu
HTML

Prévention et dépistage

Dès l’âge de 25 ans, des actions peuvent être mises en place afin de favoriser une détection précoce du cancer du sein. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme en France.

Un dépistage précoce permet de soigner plus facilement et de limiter les séquelles liées à certains traitements. Parce qu’un cancer du sein pris tôt c’est 90% de guérison, découvrez comment se déroule le dépistage du cancer du sein dans les établissements du groupe Ramsay Générale de Santé avec cette courte vidéo :

 

Qui est le plus à risque ?

Les scientifiques ont aujourd’hui identifié plusieurs facteurs qui favoriseraient l’apparition d’un cancer du sein. Le premier facteur étant le risque de l’âge avec près de 80% des cancers du sein qui se développent après 50 ans. Il existe ensuite d’autres facteurs liés à certains antécédents médicaux personnels et familiaux. Par exemple, le fait d’avoir eu dans sa famille des cas de cancers du sein ou de l’ovaire peut augmenter le risque de développer un cancer du sein.

D'autres éléments pourraient aussi jouer un rôle dans l'apparition d'un cancer du sein, comme la prise de traitements hormonaux tels que le traitement de la ménopause, le tabagisme, la consommation d'alcool, le surpoids ou l'obésité, et le manque d'activité physique.

Si vous présentez certains de ces facteurs de risque, parlez-en avec votre médecin qui pourra définir le suivi médical le plus adapté à votre situation. 

 

L'homme et le cancer du sein

Les hommes peuvent également développer un cancer du sein. Ces cas sont cependant rares, puisqu'ils représentent seulement 1% du nombre total de cancers du sein et 0,5% des cancers masculins. Il est cependant important que les hommes sachent qu’ils peuvent être concernés par ce cancer afin de ne pas négliger les symptômes.

 

Quel examen, à quel âge ?

  • À partir de 25 ans, il est recommandé d’aller tous les ans chez un professionnel de santé pour un examen clinique de vos seins (observation et palpation). Cet examen rapide et indolore permet de détecter une éventuelle anomalie et peut être réalisé par un généraliste, un gynécologue ou une sage-femme. Il est aussi recommandé de pratiquer un auto-examen des seins une fois chaque mois, à la même période. L’autopalpation permet de détecter une anomalie et de la signaler à votre médecin.
  • Entre 50 et 74 ans un dépistage (mammographie et examen clinique) chez un radiologue agréé est recommandé tous les deux ans. L'ensemble est pris en charge à 100% par l'assurance maladie dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer du sein.
  • Après 74 ans, la question du dépistage du cancer du sein doit être examinée au cas par cas avec votre médecin. C'est pourquoi, au-delà de 74 ans, vous ne recevrez plus d'invitation systématique tous les deux ans à participer au programme de dépistage organisé.
  • S’il existe des cas de cancers du sein dans votre famille, le dépistage aura lieu plus tôt ou 5 ans avant l’âge du diagnostic de cancer de la parente.

 

Les symptômes du cancer du sein

Il est tout à fait normal que l’aspect des seins change avec les années, mais certaines modifications doivent vous alerter :   

  • L’apparition d’une boule, d’une grosseur dans le sein ou sous un bras.
  • Une modification de la peau ou du mamelon : rétraction, rougeur, changement de coloration, œdème…
  • Des changements de taille ou de forme d’un de vos seins.
 
 

 


 

Activité physique & cancer du sein

Un effet bénéfique dans la prévention du cancer du sein

L’activité physique a de nombreux effets bénéfiques sur la santé, et notamment dans la prévention de maladies chroniques comme le cancer. Le manque de pratique d’activité physique serait responsable de près d’un quart des cancers du sein chez les femmes en France. Il est donc primordial d’avoir une bonne hygiène de vie et de maintenir une activité physique adaptée à tout âge pour garder une santé optimale.

Qu’est-ce que l’activité physique ?

Les autorités de santé recommandent de pratiquer une activité physique modérée à intense 30 min par jour, 5 jours par semaine.

Si cela vous semble insurmontable, sachez que l’activité physique inclut tous mouvements effectués dans la vie quotidienne et ne se réduit pas à la seule pratique sportive. Elle intègre donc l’activité physique pratiquée dans le cadre de la vie professionnelle et de la vie courante comme la marche, la montée d’escalier, les tâches ménagères, le jardinage

L’exercice peut aussi être réparti tout au long de la journée et ne doit pas forcément être pratiqué pendant une durée ininterrompue de 30 minutes. Ainsi des choses simples comme prendre les escaliers, vous rendre au travail à vélo ou vous déplacer à pieds plutôt que de prendre les transports, peuvent se cumuler au fil de la journée.

 

Les mécanismes protecteurs de l’activité physique

La réduction du risque de cancer par l’activité physique peut s’expliquer, entre autres, par ses effets sur la réduction des graisses. En effet, la graisse, particulièrement celle localisée autour de la ceinture abdominale, est un facteur de risque dans le développement de certains cancers. L’activité physique a aussi une action anti-inflammatoire et stimule notre système immunitaire, ce qui aiderait à la prévention de certains cancers, notamment le cancer du sein.

 

Les bénéfices de l’activité physique pendant et après un cancer

Une fois le cancer diagnostiqué, l’activité physique joue encore un rôle primordial.
La pratique d’une activité physique a de nombreux effets bénéfiques, comme par exemple la diminution de la fatigue, l’amélioration de la qualité de vie globale et la réduction du risque de récidive.

L’activité physique améliore la qualité de vie pendant et après un cancer

La pratique d’une activité physique pendant et après un traitement en cancérologie améliore la qualité de vie grâce à ses actions bénéfiques sur l’anxiété, la dépression, le sommeil et la sensation de fatigue. Les effets sont d’autant plus importants lorsque l’activité physique est d’intensité modérée et pratiquée dès le début des traitements. Il faut tout de même prendre certaines précautions pendant la phase de traitement en augmentant l’intensité progressivement et en veillant à ne pas dépasser les 4h d’activité physique modérée à intense par semaine, au risque de voir les effets bénéfiques s’inverser.

L’activité physique est associée à une réduction du risque de récidive

Une activité physique pratiquée avant ou/et après le diagnostic d’un cancer du sein permettrait non seulement de mieux supporter les traitements, mais aussi de réduire les risques de récidive du cancer. Cet effet est observable dès 30 à 45 min d’activité physique modérée par semaine et est d’autant plus important lorsque l’activité physique est pratiquée après le diagnostic.

 

 


 

Ramsay Générale de Santé : 1er acteur privé en cancérologie en France

1er acteur de l’hospitalisation privée en cancérologie en France, le groupe Ramsay Générale de Santé et ses équipes ont fait de la lutte contre le cancer une priorité. Avec 59 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués par an, le cancer du sein est la 1ère cause de cancer chez la femme.

33 établissements du groupe Ramsay Générale de Santé ont une autorisation pour le traitement chirurgical du cancer du sein. L’expertise des équipes s’illustre tout particulièrement dans les 11 Instituts de cancérologie.

Dans ces Instituts, les chirurgiens opèrent plus de 150 cancers du sein chaque année et, pour les plus important d’entre eux, plus de 750 interventions / an. Cette notion de volume est importante, le dernier rapport de l’Assurance maladie met en évidence un risque de décès divisé par 2 dans les établissements pratiquant plus de 100 chirurgies du cancer du sien par an.

Les équipes pluridisciplinaires vous accueillent tout au long de votre parcours de soins, en partant du dépistage jusqu'au retour à domicile.

Au-delà de la dimension soignante, l’aspect psychologique, la famille, les finances, le travail et l’éventuelle douleur liée à la maladie font également partie de la prise en charge. Chaque patient bénéficie d’un projet d’accompagnement personnalisé associant ses proches.

Les chiffres clés : Cancer du sein dans les instituts de cancérologie Ramsay Générale de Santé

  • Plus de 5 000 séjours pour chirurgie du sein, dont 60% dans nos Instituts
  • Plus de 26 000 séances de chimiothérapie, dont 80% dans nos Instituts
  • Plus de 1 200 consultations d’oncogénétique dans les Instituts de cancérologie
  • Un accès aux tests prédictifs pour toutes patientes atteintes d’un cancer du sein
 

 


 

L’actu du mois… Octobre Rose

Ce mois-ci, se tiendra la 26ème campagne de sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein en France. De nombreuses manifestations culturelles et sportives destinées à récolter des fonds sont organisées chaque année, ainsi que diverses actions de sensibilisation auprès du grand public et en particulier des femmes.

Une femme sur huit risque de développer un cancer du sein en France. Un dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie chaque année. C’est pourquoi Ramsay Générale de Santé s’associe à cet événement d’importance et propose des animations thématiques au sein de ses Instituts. Venez posez vos questions pour tout savoir sur le dépistage et notre accompagnement.