Tout savoir sur… le don du sang

Contenu
HTML

L’importance des dons

Suite à la crise du Covid-19 qui touche la France, les réserves de don du sang sont au plus bas. En France, chaque jour, 10 000 dons sont nécessaires pour pouvoir assurer les besoins des malades et ce chiffre a tendance à augmenter. Ces dons essentiels permettent chaque année de sauver plus d’un million de malades. Les dons de sang et notamment les dons de plasma permettent également de fabriquer des médicaments et aujourd’hui plus de 200 maladies sont ainsi traitées.

Les produits sanguins sont prescrits principalement dans deux cas de figures : en cas d’hémorragie (perte de sang) dans un besoin d’urgence, et pour les maladies du sang et certains cancers qui affectent la production de sang au niveau de la moelle osseuse. Il est donc nécessaire pour ces patients de faire régulièrement des transfusions sanguines sur une période définie. Dans le cas de maladies génétiques, les malades vont avoir besoin de transfusions sanguines tout au long de leur vie.

Compte tenu de la durée de vie des produits sanguins qui est relativement courte (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges, 365 jours pour le plasma), il est important pour l’EFS (Etablissement Français du Sang) d’avoir des dons de sang très régulièrement.

 

Tout savoir sur le parcours de la poche de sang

Après avoir prélevé le sang du donneur, la poche est filtrée et centrifugée pour séparer les différents composants du sang. Des échantillons sont également prélevés et vont subir de nombreux tests biologiques pour certifier que le sang ne présente aucune anomalie. Si c’est le cas, la poche de sang est écartée et le donneur est averti. Les produits sanguins sont ensuite distribués aux différents hôpitaux et cliniques de France.

 

 

 

Qui peut donner son sang ?

L’établissement français du sang (EFS) fait face aujourd’hui à 2 difficultés majeures, l’annulation des collectes mobiles, et la baisse du nombre de prélèvements dans les collectes maintenues.
Le 14 juin a été célébré la journée mondiale des donneurs de sang. A cette occasion, l’EFS lance l’opération « #Prenez le relais, 1 mois pour tous donner ! » pour la deuxième année consécutive. Cette grande campagne de communication, d’un mois environ, a pour objectif de sensibiliser la population à l’importance du don du sang.

Les conditions pour être donneur

Il est possible de donner son sang dès lors que l’on est âgé entre 18 et 70 ans, que l’on pèse plus de 50 kilos et que l’on est reconnu « apte » lors de l’entretien qui précède le don. Les hommes peuvent donner leur sang jusqu’à 6 fois par an et les femmes 4 fois. Entre deux dons de sang, il est nécessaire d’attendre au moins 8 semaines.

Cependant, il existe des contre-indications : Dans 80% des cas, elles sont temporaires et permettent de donner son sang ultérieurement. Parmi elles, on retrouve entre autres la prise d’antibiotique, une infection, un risque dentaire, la réalisation d’un tatouage ou piercing depuis moins de 4 mois, un séjour dans un pays tropical depuis moins de 4 mois. Il est possible de réaliser un test en ligne pour vous tester de votre éligibilité.

Il y a aussi des contre-indications permanentes qui n’autorisent pas le don du sang :

  • avoir eu recours à un traitement par hormone de croissance avant 1989
  • être porteur d’une infection transmissible par le sang
  • avoir été exposé à des agents transmissibles non-détectables comme le prion
  • avoir des antécédents de greffe ou de transfusion sanguine
  • consommation de drogues par voie intraveineuse

Cependant, en cas de doute n’hésitez pas à vous rendre sur place pour échanger avec un professionnel qui pourra vous renseigner.

Zoom sur le don de plaquette et de plasma

Il est possible de donner uniquement des plaquettes ou du plasma. Le don de plaquette est nécessaire pour éviter les risques d’hémorragies chez certains patients et le don de plasma pour les médicaments dérivés du sang. Ces dons moins connus sont tout aussi important. Par exemple, la durée de vie des plaquettes étant de 7 jours, il est important de pouvoir avoir des donneurs réguliers. De plus, le délai entre deux dons est plus court que pour le don du sang.

 

Les différentes étapes pour faire un don du sang

Avant le don
Vous êtes éligible et prêt à donner votre sang ? Il faut d’abord vous renseigner sur les collectes régulièrement organisées par l’EFS. En prenant rendez-vous, vous serez pris en charge plus rapidement. A votre arrivée sur place, votre pièce d’identité vous sera demandée.
Des mesures de précautions supplémentaires sont prises actuellement : un masque vous sera fourni et si possible, munissez-vous d’un stylo et d’une gourde d’eau, pour vous hydrater tout au long du processus.
Pensez à bien manger quelques heures avant le don et buvez de l’eau tout au long de la journée pour arriver bien hydraté. Evitez les boissons alcoolisées la veille du don.

Pendant le don
A votre arrivée, vous devrez remplir un questionnaire pour confirmer votre éligibilité. Ensuite, un entretien avec un professionnel de santé sera réalisé, ainsi qu’un test pour déterminer votre taux d’hémoglobine et confirmer votre aptitude.
Le don de sang s’effectue en position allongée, sous la surveillance d’une infirmière et dure environ 10 minutes. A la fin de votre don, il est important de vous reposer au moins 20 minutes, de bien vous hydrater et une collation vous sera offerte par l’EFS pour vous apporter de l’énergie nécessaire à la reconstitution de votre sang.

Après le don
Dans les jours qui suivent votre don, en cas de problèmes et notamment de fièvre, un numéro vert est disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

 

 

 

Le don de sang de cordon ombilical

Le sang de cordon ombilical a des particularités qui constituent un vrai espoir pour des personnes touchées par des maladies du sang.
En effet, il contient des cellules, habituellement retrouvées dans la moelle osseuse, capables de produire les différents éléments présents dans notre sang.
Il est gratuit, anonyme et fait sur la base du volontariat. Il est totalement indolore et sans risque pour votre enfant.
Ce don va permettre au malade en bénéficiant, de créer par lui-même les différents éléments du sang qui lui manquent et dans certains cas de pouvoir guérir.
En outre, le sang placentaire offre une plus grande compatibilité entre donneur et receveur que lors d’une greffe de moelle osseuse.
Chaque année en France, près de 2 000 patients auraient besoin d’un don de sang de cordon ombilical. Faire un don de sang de cordon permet de participer à la constitution d’une réserve et ainsi donner plus d’espoir à ces malades.

La Fondation Ramsay Santé s’est engagée en faveur du don anonyme et gratuit de sang de cordon ombilical et a créé une formidable aventure humaine pour aider les patients et soutenir les chercheurs. En effet, les prélèvements qui ne peuvent constituer un greffon à usage thérapeutique pour les patients sont offerts à des chercheurs pour développer de nouveaux traitements et de nouveaux médicaments.

Où en est la recherche sur la création d’un sang universel ?

Il existe plusieurs groupes sanguins dont la différence réside sur la présence d’antigènes « A » et « B ». Le groupe O, donneur universel ne possède aucun antigène à l’inverse du groupe AB qui possède les 2 antigènes, c’est pour cela qu’ils sont receveurs universels.
Pour obtenir un sang universel, il est nécessaire pour les chercheurs de trouver un moyen de supprimer ces antigènes. Une bactérie présente dans notre intestin aurait cette faculté. Mais il reste un dernier obstacle qui sont les rhésus « + » et « - ». Ils correspondent à l’antigène « D », qui n’est pas dégradé par la bactérie trouvée par les chercheurs. Les chercheurs poursuivent donc leurs recherches pour trouver un moyen de supprimer cet antigène et obtenir ainsi du sang qui pourrait convenir à tout le monde.

 

 

 


 

L’actu du mois… Le Covid-19 et les tests de dépistage

Depuis le 11 mai, la France a entamé son plan de déconfinement par étapes.
Depuis maintenant plusieurs semaines, le nombre de décès dû au Covid-19 a largement diminué et la grande majorité des départements est passée verte.
Les tests jusqu’alors réservés aux personnes les plus vulnérables, sont désormais proposés à toutes les personnes présentant des symptômes du Covid-19 et à leur entourage. Il est recommandé d’avoir une ordonnance médicale.
Il existe 2 types de tests :

  • Les tests virologiques, reconnus comme étant fiables en France, permettent de détecter la présence du virus dans l’organisme. Les tests se présentent sous la forme d’un prélèvement nasal à réaliser dans un centre de dépistage.
    Ils ont pour objectif d’identifier les personnes malades afin qu’elles puissent s’isoler pour limiter la contamination.
  • Les tests sérologiques permettent de déterminer si les personnes ont été en contact avec le virus, via la présence d’anticorps spécifiques dans le sang. Ils peuvent être recommandés soit, pour les personnes présentant des symptômes du Covid-19 avec un test virologique négatif (dans le but de confirmer ou infirmer le diagnostic) ; soit pour des personnes ayant présentés des symptômes du Covid-19 dans le passé mais, qui n’ont pas eu accès à un test virologique.

Je présente des symptômes du Covid-19, que dois-je faire ?

Si vous avez de la fièvre associée à de la toux, des difficultés respiratoires, une perte de goût ou d’odorat, des maux de tête, une grande fatigue et/ou des courbatures, vous présentez des symptômes du Covid-19. Vous devez rester à votre domicile et éviter tout contact avec votre entourage en portant un masque chirurgical pour les protéger. Il doit être changé dès qu’il est humide. Pensez à bien vous laver les mains après le changement du masque. Vous pouvez contacter votre médecin traitant ou réaliser une consultation à distance via le système de télémédecine. Votre médecin, s’il l’estime nécessaire, vous prescrira un test à réaliser afin de vous faire dépister. De plus, si vos symptômes s’aggravent vous devez contacter le samu en composant le 15.

 

J’ai présenté des symptômes du Covid-19, et j’aimerais savoir si j’ai été contaminé

Pour confirmer que vous avez été contaminé par le Covid-19, pour pouvez effectuer un test sérologique dans un centre de dépistage. Vous devrez cependant avoir une ordonnance de la part de votre médecin. Sachez que si le test se révèle positif, cela n’indique pas que vous êtes immunisé contre le virus, car il reste une incertitude sur le fait que la présence d’anticorps garantisse une protection contre le Covid-19.